mise à jour – 15.11.2016

Bonjour la crasse. Je cherche comment formuler cette mise à jour avec des mots simples, mais j’avoue pécher un peu.

Pourtant, un petit retour sur expérience s’impose. Car après sept mois d’utilisation de ma lessive maison, j’ai une remarque importante à faire. La glycérine a encrassé mes couches. J’étais tellement fière les premiers jours. Le vinaigre blanc me permettait certe de ne pas encrasser ma machine; mes couches n’ont malheureusement pas eu le droit au même traitement de faveur.

Passée la lune de miel, et ma passion pour ma lessive zéro déchet, je me suis aperçue que les inserts de mes couches prenait une vilaine couleur grisâtre et une texture graisseuse franchement dégueu. En cause la glycérine.

Un peu lâché,  Je n’ai pas poussé l’expérience très loin. Autant je continue d’utiliser la lessive maison pour le linge courant autant j’ai repris une lessive classique pour les couches.

Car le risque d’une couche bien encrassée, c’est est de ne plus absorber du tout. Du tout du tout du tout du tout.

La légende prétend qu’un savon sans glycérine existe. Je pars en quête. Bisous.

————————

Avec la grossesse et l’arrivée de petit cul dans notre  univers, j’ai découvert (comme n’importe quel nouveau parent) un tas de trucs qui me seraient passés à dix mille au-dessus de la tête en temps normal.

Parmi eux, la lessive. Ça a commencé en douceur avec le début de la grossesse. L’odeur du linge qui séchait me donnait des nausées effroyables. Et même une fois sec, c’était l’horreur. M’habiller le matin était devenu une véritable corvée. On a tout essayé, on a changé de lessive, ajouté de l’assouplissant (ce qui était déjà pour moi une aberration), on a même poussé le vice à aller faire notre lessive chez un ami à l’autre bout de Nantes. Rien n’y faisait. J’avais toujours le vomi au bord des lèvres dès que des vêtements propres apparaissaient à proximité.

Ironiquement, c’est la solution la plus simple et la plus naturelle qui s’est imposée comme LA solution. J’ai nommé le sacro-saint combo : vinaigre blanc et bicarbonate de soude. Deux petites cuillères à soupe dans le réservoir à adoucissant du premier, quelques cuillerées dans le tambour du deuxième… Et TADA adieu l’odeur  de dégueuli.

Une solution naturelle, qui coûte trois fois rien, détache le linge, le rend plus souple et décrasse la machine. Ça parait tellement magique qu’on se croirait dans une pub.

J_E_Buland_Un_bain_apres_la_lessive

Bref.

Une fois le petit cul sortit de mon ventre, on a continué. Sauf qu’on a découvert qu’il fallait aussi trouver une lessive bio, et sans odeur pour le petit linge et l’entretien des couches de mademoiselle. Et là, je ne vous raconte pas le parcours du combattant. On a fini par dégoter une lessive au savon de Marseille sans additif de parfum, mais pas bio à l’autre bout de Nantes, ou bien une lessive bio archi-parfumée dans une biocoop tout aussi loin. Bref, me demander de prendre la bagnole pour aller chercher une lessive écolo, je trouve ça débile, il me fallait donc une autre solution.

Pourquoi ne pas la faire moi-même ? Oui à condition que la recette soit simple. Je suis une feignasse qui s’assume. Or de question donc que je me tape toutes les pharmacies pour trouver quinze mille ingrédients. Et puis un beau jour… Ô joie, dans mon fil Facebook est tombé ceci (je vous aurai bien mis le lien, mais rien à faire, je ne remets pas la main dessus). Une recette qui semblait composée juste pour moi. Je la partage, car vraiment, ce serait vache de la garder  pour moi. En gros, vous prenez une bouteille en verre d’un litre. Vous y mettez 50 g de copeaux de savon de Marseille, vous rajoutez de l’eau bouillante. Et c’est tout.

La lessive est prête quand le mélange a refroidi. On le reconnaît à sa forme solide. Au moment de faire la machine, on secoue la bouteille. Le mélange prend alors une texture très amusante à mi-chemin entre du flubber et de la morve. Un verre dans le compartiment de la machine, un demi-verre de vinaigre blanc dans le compartiment adoucissant (pour ne pas encrasser la machine) et un peu de bicarbonate de soude dans le tambour. On lance un programme 60. Et zou. (Pour les machines de linges, j’ajoute trois gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé.)

Yumi
Yumi

Ça va faire quelques semaines que j’utilise ce procédé. Et j’en suis plutôt  contente. Pour le linge de tous les jours, c’est tip top. Les couches ressortent un peu moins blanches et moins souples qu’avant, mais elles sont propres, toujours absorbantes et c’est bien tout l’essentiel.

En discutant avec une amie, je me suis rendu compte que pour certain, fabriquer sa propre lessive est un procédé un peu chronophage (même avec une recette aussi simpliste que celle-là). Pour ma part, faire 20 minutes de voiture pour aller acheter une lessive bio l’est d’avantage encore. Et vous, quel est votre avis sur la question ? Avez-vous déjà testé la lessive maison pour les couches de bébé ? Une autre recette peut-être ? N’hésitez pas à partager.  D’ici là, je vous laisse, j’ai du linge à étendre.

Les commandes sont actuellement expédiées le lundi et le jeudi. Merci de votre compréhension.