La couche lavable en collectivité

Le petit cul s’apprête à faire ses débuts en halte garderie. Un grand moment pour nous deux et pour moi en particulier qui suis d’un coup atteinte de ce syndrome aigüe de culpabilité maternelle. C’est malgré tout un mal nécessaire. J’entre en formation (pour un projet dont je vous reparlerai bientôt) fin octobre, et l’idée est d’habituer mademoiselle à gagner un peu en indépendance.

Je vous passerai les habituelles jérémiades sur les difficultés de trouver un moyen de garde en zone urbaine. Je vais me concentrer sur un seul point. L’utilisation des couches lavables en collectivité.

Ce n’est pas une surprise, elle n’est pas encore très répandu. Dans mes recherches, j’ai croisé plusieurs sceptiques qui ont dit du bout des lèvres qu’elles acceptaient les couches lavables si je me chargeais du nettoyage. Une seule avait déjà adopté le concept. Elle avait d’ailleurs choisit le modèle TE1. Un modèle qui jusqu’ici n’avait pas vraiment mes faveurs, car je le trouve très encombrant. Et pour cause, l’assistante maternelle en question devait posséder pas loin de soixante-dix couches. Une sacré perte de place. Et une sacré quantité de tissus à laver.

Finalement, là où Petit Cul sera gardé, à raison de 2 demi journées par semaines, des couches jetables écologiques seront utilisées. Je serai plus exigeantes sur le mode de garde à temps complet. En cause m’a dit la responsable, c’est trop compliqué à gérer en terme de temps et si on va au parc. Alors bon, je n’ai rien dit. Même avec mon mini sac à main, j’ai toujours la place pour une couche de rechange et quelques lingettes. Un peu d’eau pour le change et zou, on n’en parle plus. Quand on part à l’extérieur en rando ou ailleurs, on s’est vite rendu compte avec l’homme que préparer les couches à l’avance et emporter un sac poubelle pour stocker les souillées était aussi pratique que d’emporter du jetable. Mais bon, Rome ne s’est pas construite en un jour paraît-il.

Ça m’a quand même fait réfléchir. Sur le fait que le modèle Te1 a quand même l’avantage d’être prêt à l’emploi, un avantage considérable pour les professionnels de la petite enfance.

Avis d’ailleurs aux Nantais qui lisent mon blog, je viens de découvrir qu’un modèle de Te1 est en vente à la boutique Cœur de bambou, je vais essayer de le tester.

On reparle de tout ça bientôt. Je vous laisse je vais bosser mes techniques machiavéliques d’hypnose pour imposer les couches lavables à la Terre entière. Mouhaha.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *